Programme ECOFAC6

Cofinancé par l’Union européenne
PROGRAMME D’APPUI POUR LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ ET LES ÉCOSYSTÈMES FRAGILES

Des Délégations européennes d’Afrique Centrale, présentes au Comité de Pilotage ECOFAC6

Lors du Comité de Pilotage du Programme régional ECOFAC6, organisé à Douala, du 4 au 6 Mai 2021, plusieurs délégations européennes d’Afrique Centrales y étaient représentées, aussi bien en présentiel (DUE Cameroun, DUE Gabon et Sao Tome, DUE Tchad), qu’en ligne (DUE RCA, DUE Congo, DUE RDC).
Son Excellence Rosario Bento Pais, Ambassadrice de l’Union européenne au Gabon, Sao Tome et auprès de la CEEAC nous a honoré de sa présence en ligne, en prononçant le discours d’ouverture officielle du Comité.

La présence constante dans la région de l’Union européenne auprès des Etats d’Afrique Centrale, et ceci depuis 30 ans, témoigne d’un engagement fort et de la pertinence d’un soutien sur le long terme à l’endroit de l’environnement dans le Bassin du Congo, deuxième poumon vert de la planète. A plus forte raison en cette période de COVID19, qui rappelle - avec force - à quel point l’équilibre entre l’humain et le milieu sauvage conditionne notre simple existence.

Son Excellence, l’Ambassadrice de l’UE, Madame Rosario Bento-Pais, a rappelé que plus de 80 Millions EUR sont investis par l’UE, principal bailleur de fonds, dans le Programme ECOFAC6 et environ 17 Millions EUR par ses partenaires. Cette enveloppe totale de presque 100 millions EUR fait donc du programme ECOFAC6 un des plus importants Programmes européens dans la région et une initiative unique au monde. Le financement européen est donc à la hauteur des ambitions souhaitées initialement avec déjà 95,59% du financement engagé. Ce haut taux d’absorption valide les choix de modalités de mise en œuvre par les opérateurs spécialisés, ainsi que de la vitalité du programme et du besoin d’investissements dans l’appui à la gestion des aires protégées en Afrique Centrale.

Dans son discours de clôture, Mme. Sylvanie Jardinet – DUE Cameroun a souligné quelques points des travaux. En premier lieu, le souhait de l’accélération de la mise en œuvre du volet diplomatie environnementale auprès de la CEEAC avec l’appui de l’Assistance technique régionale ECOFAC 6. D’autres points essentiels ont été mentionné, comme la recommandation de l’UE aux institutions nationales et régionales de travailler à une harmonisation du statut des écogardes dans la région, y compris leur cadre et conditions de travail. La question des Droits de l’Homme et des peuples autochtones, ainsi que les Partenariats Public-Privé, avec un rôle accru de la société civile, ont été également pointés comme éléments clef de la vision européenne, pour le succès des actions de la conservation en Afrique Centrale.

Une vision européenne tournée vers l’avenir

M. Ronan Pecheur, Coordonnateur régional de ECOFAC 6 pour la DUE au Gabon, a également fait, en avant-première, une présentation de la future programmation régionale pour l’Afrique sub-saharienne, « NaturAfrica ». Cette initiative de l’UE et de ses Etats membres, qui viendra en appui aux pays du Bassin du Congo, est toujours en cours de réflexion et d’adaptation, mais se distingue d’ores et déjà par l’intégration de l’appui au développement des zones riveraines des aires protégées en même temps que la conservation. Elle a aussi pour vocation de cibler les paysages prioritaires écologiques transfrontaliers et maritimes du Bassin du Congo.

Toutes les interventions des Délégations européennes présentes au Comité de Pilotage de Douala sont disponibles ici.